En jardinant on fait des économies…

Joindre l’utile à l’agréable..C’est sans doute la formule qui s’adapte le mieux au jardinage. Car outre le fait que cultiver son jardin est un agréable passe-temps, cela peut vous rapporter gros.

Aujourd’hui compte-tenu de la crise qui pèse lourdement sur le pouvoir d’achat mais aussi des prix qui ne cessent d’augmenter, les économies que l’on peut faire avec son jardin sont substantielles.

  • Un paquet de 200 grammes de graines de haricots (environ 7 euros) peut vous donner une récolte d’une dizaine de kilos.
  • Un sachet de salades contient selon les variétés, 2 à 3000 graines pour un prix d’achat – variable en fonction des variétés  de 2 à 4 euros. C’est le prix de 3 à 4 salades achetées dans le commerce.
  • On peut ainsi multiplier à l’infini les exemples qui démontrent l’intérêt économique du jardinage familial.

D’autant que dans notre région, il y a tout l’espace nécessaire à cette pratique, soit chez soi, soit en utilisant les jardins familiaux que les communes mettent parfois à la disposition de leurs administrés. On peut aussi,  pourquoi pas, s’arranger avec un ami, un voisin pour cultiver une parcelle et partager les récoltes. Et même si on ne dispose que d’un balcon ou d’une terrasse on peut cultiver des légumes. Cette pratique est de plus en plus répandue dans les grandes villes.

Mais, pour optimiser le bénéfice que l’on peut tirer de son jardin, petit ou grand, encore faut-il choisir les bonnes variétés, étaler ses semis pour profiter de ses récoltes tout au long de l’année et éviter une surabondance inutile sur une courte période, faire des conserves. Et puis, il faut aussi savoir jardiner en utilisant le moins possible de produits phytosanitaires, préjudiciables à l’environnement, mais aussi très coûteux.

Nous vous proposons donc de vous accompagner dans cette démarche par nos conseils, nos astuces, nos bons plans. Tous ces conseils sont tirés d’une expérimentation grandeur nature dans notre jardin-laboratoire sur la commune de Caro, dans lequel nous évaluerons l’intérêt économique ou pratique de telle ou telle variété.

Et comme jardiner c’est partager, nous vous proposons également de nous faire part de votre expérience, de vos idées afin de créer finalement une véritable communauté anti-crise.